Route Renoir

Responsable : Ville d’Essoyes, Espace « Du Côté des Renoir» (Karine Rémy)

France

Pierre-Auguste Renoir

(Limoges 1841- Cagnes-sur-Mer 1919)

Pierre-Auguste Renoir est l’un des membres emblématiques du mouvement impressionniste. Les rencontres faites par le peintre et les différents voyages entrepris au cours de sa vie ont participé à former sa vision sur la peinture.

Alors que nous allons bientôt célébrer le centenaire de sa mort, de nombreux sites lui sont consacrés en France. Certains paysages urbains et ruraux ont su préserver tout le charme qui avait déjà séduit le peintre lors de son passage.

 

Né à Limoges en 1841, les parents de Pierre-Auguste emménagent à Paris alors qu’il n’est âgé que de quatre ans. Alors qu’il est peintre sur porcelaine depuis le milieu des années 1850, le jeune homme décide en 1861 de s’inscrire à l’atelier de Charles Gleyre, où il rencontre notamment Frédéric Bazille, Alfred Sisley et Claude Monet. Il complète sa formation à l’École des Beaux-arts et au musée du Louvre.


Renoir en Ile-de-France, en Normandie et en Bretagne

Renoir et ses amis ont sublimé les paysages franciliens se rendant dans les communes environnantes pour peindre sur le motif. Ils fréquentent la Grenouillère, une guinguette en bord de Seine à Croissy-sur-Seine. Ce lieu de détente et de loisirs, où se retrouvent ordinairement les canotiers, inspire de façon persistante les Impressionnistes. Le musée de la Grenouillère permet aujourd’hui aux visiteurs de retrouver l’atmosphère festive du site.

Autre haut lieu de rendez-vous des Impressionnistes, la Maison Fournaise à Chatou qu’ils fréquentent assidument. C’est sur la terrasse de cette ancienne guinguette, bâtie sur la rive du fleuve, que Renoir a peint quelques-unes de ses œuvres les plus connues dont Le Déjeuner des Canotiers. La Maison Fournaise est restée un restaurant et le musée tout proche conserve des gravures de Renoir et des yoles, barques emblématiques des canotiers utilisées pour la navigation de plaisance sur la Seine, du XIXe siècle jusqu’au début du XXe siècle.

La butte Montmartre est le lieu symbolique de la production artistique de Renoir. Le peintre dispose successivement de quatre ateliers dans cet endroit à jamais lié aux artistes et à la vie de bohème dans l’imaginaire collectif. De 1875 à 1877, Renoir réside rue Cortot, aujourd’hui devenu Musée de Montmartre. Ouvert depuis plus de 50 ans, le public peut ainsi visiter l’atelier-appartement, un authentique lieu de mémoire de la création artistique de Renoir et de bien d’autres artistes. Entourant cet édifice, les Jardins ont été baptisés en son honneur car c’est à cet endroit qu’il a réalisé deux de ses plus fameuses toiles : le Bal du moulin de la Galette et La Balançoire. Le peintre réside également avec son épouse, Aline Charigot, au « château des Brouillards », de 1890 à 1897.

Gustave Caillebotte, à l’aise financièrement, aide régulièrement ses amis impressionnistes en leur achetant des toiles. Il possède une collection riche de 67 tableaux impressionnistes. A sa mort, en 1894, Renoir, son exécuteur testamentaire, obtient de l’Etat l’admission d’une partie de ce prestigieux legs.

Grâce aux différentes attaches géographiques de ses amis, Renoir est amené à visiter les différentes régions de l’hexagone, où il découvre avec délectation de nouveaux paysages et donc de nouvelles inspirations. Il effectue ainsi de nombreux séjours en Normandie.

De 1879 à 1885, il rend fréquemment visite à son ami, le diplomate Paul Bérard, au château de Wargemont, situé dans l’actuelle commune de Derchigny-Graincourt, près de Dieppe. Il y réalise plusieurs toiles ainsi que deux panneaux dans la salle à manger. De là, il sillonne les environs : Berneval-le-Grand en 1879 et 1898, Yport durant l’été 1883, Trouville en 1885, Pont-Aven en septembre-octobre 1892, août 1893 et automne 1895.

Il passe l’été 1892 en villégiature à Pornic en famille et visite l’île de Noirmoutier qui l’enchante. Afin de pérenniser le souvenir du passage de l’artiste, la commune de Pornic organise, chaque premier dimanche de juillet depuis quelques années, un « pique-nique Renoir » sur la plage des Dames, visant à recréer l’atmosphère de l’époque.

Renoir et ses voyages à l’étranger

Les années 1880-1890 sont rythmées par des voyages en Europe, permettant à l’artiste de trouver des thèmes inédits, de nouveaux modèles mais aussi d’admirer certaines œuvres des grands peintres conservées dans les riches collections des musées européens.

Avec Aline Charigot, qui n’est encore que sa compagne, il entreprend un long séjour en Italie dès la fin du mois d’octobre 1881. Hormis l’Algérie, ce voyage est celui au cours duquel Renoir s’avère être le plus productif. Il passe par Milan et Venise où il contemple les réalisations des maîtres comme Le Titien ou Véronèse. Il visite par la suite Florence, Rome, Naples, Pompéi et la Sicile.

Renoir se rend à Capistrano, en décembre 1881 puis en avril 1882, la seconde fois suite à une promesse faite à don Francesco Bongiorno afin de réaliser la fresque de l’Eglise-Mère.

En septembre 1883, Renoir visite les îles anglo-saxonnes, Jersey et Guernesey, en compagnie de son ami, le journaliste Paul Lhote, et d’Aline. A l’instar de Victor Hugo, le peintre est fasciné par la variété de paysages qui s’offrent à lui. Il réalise une quinzaine de toiles en moins d’un mois.

Avec Paul Gallimard, Renoir voyage en Espagne au printemps 1892. A cette occasion, il visite le musée du Prado à Madrid, où il a l’opportunité d’admirer les œuvres de Vélasquez. En 1895, tous deux continuent leur périple européen en se rendant à Londres.

En 1896, Renoir se rend avec Martial Caillebotte, le frère du peintre, à Bayreuth. Il y rencontre le compositeur Richard Wagner et fait son portrait. Il se rend peu de temps après à Dresde afin de visiter les musées où il peut notamment observer les œuvres de Rubens.

Son dernier voyage européen s’effectue en 1898 aux Pays-Bas. Il assiste en particulier à l’exposition consacrée à Rembrandt présentée à Amsterdam, accompagné du peintre Abel Faivre, du collectionneur Paul Bérard et du marchand d’art Joseph Durand-Ruel.

Renoir à L’Estaque, Cagnes-sur-Mer et Essoyes

Renoir est amené à peindre la Provence. Il effectue deux séjours chez son ami Paul Cézanne à l’Estaque : le premier au début de l'année 1882 et le second en décembre 1883. Véritable terre d’accueil pour de nombreux artistes, le circuit « des peintres de l’Estaque » permet aux visiteurs de pouvoir contempler les paysages de caractère qui ont tant inspiré le peintre, dont la Montagne sainte-Victoire.

Essoyes et Cagnes-sur-Mer sont deux lieux de résidence de Renoir et de sa famille, permettant aujourd’hui aux visiteurs de plonger dans l’intimité familiale et artistique du peintre.

Renoir vient à Essoyes pour la première fois en 1888. Sa compagne et future femme Aline Charigot est native du petit village aubois et le convainc de séjourner puis d’y acquérir une maison. Après avoir été conservée et habitée par les descendants du peintre sur trois générations, la demeure familiale, récemment acquise par la commune, sera ouverte au public en 2017. Déjà visitable, l’atelier du peintre a été construit en 1906 au fond du jardin de cette propriété. Trois sculptures originales de l’artiste sont exposées.

Outre l’atelier, l’espace culturel Renoir permet aux visiteurs de découvrir la vie du peintre et de sa famille ainsi que le village d’Essoyes où ils ont séjourné près de 30 étés, à travers une exposition permanente. Dans la biographie consacrée à son père, Jean Renoir, nostalgique de ses moments d’enfance essoyens, affirme qu’ « il n’existe pas de village comparable dans le monde entier ».

 

Lors de ses séjours dans l’Aube, Renoir réalise de nombreux paysages du village, des scènes de laveuses et de baigneuses ainsi que des portraits, en particulier ceux de ses fils ou de Gabrielle, cousine éloignée d’Aline et, comme elle, originaire du village.

Autre ville profondément marquée par le passage de Renoir: Cagnes-sur-Mer. Il s’y rend probablement pour la première fois en 1898, d’où il revient enthousiasmé par la chaude lumière du Sud et les paysages maritimes. Alors qu’il est atteint de polyarthrite déformante et sur les conseils de son médecin, la famille Renoir s’établit au domaine « des Collettes » à Cagnes-sur-Mer acheté en 1907. Cette magnifique propriété est dotée d’un terrain de trois hectares où poussent oliviers et orangers. Il la réaménage l’année suivante et y fait construire deux ateliers, un à l’intérieur même de la maison et un autre à l’extérieur entièrement vitré. Cette grande demeure lui permet d’accueillir et de loger sans encombre ses domestiques, ses amis, ses modèles.

La maison, labellisée Musée de France, est ouverte au public depuis 1960 et a conservé une partie du mobilier appartenant jadis à la famille et au peintre. Y sont également exposés une cinquantaine de tableaux originaux d’artistes dont cinq toiles signées Renoir. Parmi elles, un Enfant lisant (1905) et les Cariatides (1909). Dix-sept sculptures en plâtre issues de la collaboration entre Renoir et Richard Guino et des reproductions de photographies familiales sont aussi visibles dans la maison-musée.

 

C’est au domaine « des Collettes » que s’est éteint Renoir le 3 décembre 1919. Son dernier voyage est à destination d’Essoyes où Renoir a émis le souhait de reposer, juste à côté d’Aline, morte quatre années plus tôt à Nice. Les trois fils du couple, Pierre, le comédien, Jean le réalisateur et Claude dit « Coco », les ont, par la suite, rejoint.

Musées

France

Musée d’Orsay, Paris

Musée Marmottan-Monet, Paris

Musée André Malraux, Le Havre

Musée des Beaux-Arts, Limoges

Musée Fabre, Montpellier

Allemagne

Berlin, Nationalgalerie

Cologne, Wallraf-Richartz Museum

Essen, Folkwang Museum

Francfort-sur-Main, Städel Museum

United Kingdom

London, Courtauld Institute

London, British Hall Pension Fund

Russia

Moscou, Pouchkine Museum

Saint-Petersburg, Hermitage

 

Etats-Unis

Baltimore, Fine Arts Museum

Boston, Fine Arts Museum

Chicago, Art Institute

Houston, Fine Arts Museum

Merion (Pennsylvanie): The Barnes Foundation

New-York, The Frick Collection

New-York, MOMA

Washington, National Gallery of Art

Autres Pays

Genève, Petit-Palais

Otterlo, Rijksmuseum

Prague, Narodny Galerie

Stockholm, National Museum

Sao Paolo, Museu de Arte

Parcours

Allemagne : Bayreuth, Munich

Angleterre : Guernesey, Jersey

Espagne : Madrid, Séville

France : Argenteuil, Asnières sur Seine, Benerville, Bougival, Cagnes sur Mer, Croissy, Dieppe, Essoyes, Gennevilliers, Hyères, La Rochelle, La Roche Guyon, Le Havre, Louveciennes, Marseille, Monte Carlo, Paris, Pont-Aven, Pornic, Pourville-sur-Mer, Rouen, Rueil-Malmaison, Saint Chamas, Saint-Marcouf, Saint Raphaël, Vétheuil

Italie : Venise, Padoue, Florence, Rome, Naples, Pompéi, Capri, Palerme

Pays-Bas : La Haye, Amsterdam