Route Morisot

Responsable : Ville de Bougival (Catherine Burger, Laurence François)

France

Berthe Morisot

(Bourges 1841 – Paris 1895)

Grande dame de l’Impressionnisme, Berthe Morisot entourée de ses amis qui lui vouent une grande admiration, a combattu les conventions de l’art officiel en révélant une palette harmonieuse, fixant des notes fugitives en travaillant la peinture, l’aquarelle, le pastel.

Berthe Morisot est née à Bourges dans le Cher dont son père était le Préfet ; elle était l’ainée de deux autres filles (Yves et Edma) et d’un garçon (Tiburce). Dès 1857 les trois sœurs suivirent les cours de dessin du peintre Joseph Guichard à Lyon qui emmena Berthe et Emma travailler au Louvre avant de les présenter à Camille Corot ce qui provoqua l’installation de la famille à Paris. En 1863, Achille Oudinot, leur nouveau professeur parisien leur présenta Daubigny, Daumier…

A partir de l’année suivante les tableaux de Berthe furent acceptés au Salon parisien. Deux toiles furent notamment remarquées par la critique qui gardera un regard favorable sur l’artiste. En 1868 Edouard Manet, qu’elle rencontra au Louvre, lui demanda de poser pour son tableau « Le Balcon » tandis que l’année suivante sa sœur Edma, nouvellement mariée, partait en Bretagne où Berthe vint la rejoindre pour peindre. Restée à Paris avec ses parents pendant le siège de la ville, l’artiste et sa mère se réfugièrent à Saint-Germain-en-Laye pendant « la Commune » sur les conseils de Puvis-de-Chavannes.


L’été suivant, Berthe était chez sa sœur Yves à Saint-Jean-de-Luz où elle retrouva Corot ; toutes deux se rendirent en 1872 à Madrid. A son retour en France elle s’installa à Maurecourt dans l’Oise et cette époque correspond au plein épanouissement de sa personnalité artistique, marquée par l’extrême délicatesse de ses touches claires et rapides, spécifiques des plus grands Impressionnistes.

 

La mort de son père en 1874 coïncida avec son intérêt pour la première exposition impressionniste qui l’obligea à renoncer au Salon dont le jury rejetait à priori les tableaux de cette nouvelle forme picturale. En décembre de cette année-là, Berthe épousa Eugène Manet, le frère d’Edouard, dont elle avait fait la connaissance à Fécamp au cours de l’été. Par la suite elle travailla dans la propriété de la famille Manet à Gennevilliers près de Paris, puis à Cowes dans l’Ile de Wight avant de se rendre à Londres avec son mari.

 

Entre 1875 et 1885, elle fit également plusieurs voyages aux Pays-Bas, en Belgique et en Italie attirée surtout par les paysages d’eau et de lumière, les bateaux, la mer, les nuages, la brume qu’elle excellait à fixer sur ses toiles. Après ces quelques voyages en Europe « il n’y aura plus d’excursions hors frontières, sinon avec les pinceaux et les couleurs, sur les traces du monde qu’elle aime… » écrit son biographe Dominique Bona.

A son retour en France elle retrouva ses deux sœurs : Edma à Maurecourt, Yves à Cambrai et continua à participer régulièrement aux expositions impressionnistes sauf en 1879 en raison de la naissance de sa fille, Julie, qu’elle ne cessa de représenter désormais…

Pendant l’été 1880, l’artiste illustra les sites de Beuzeval, d’Houlgate puis de Nice et de l’Italie du nord pendant l’hiver suivant.

De 1881 à 1884, la famille loua tous les étés une maison à Bougival avant de s’installer définitivement à Paris dans le XVIe arrondissement où elle recevait régulièrement ses amis le jeudi : Degas, Renoir, Sisley, Fantin-Latour, Puvis-de-Chavannes, Rodin, Jules Ferry, Mallarmé….

En 1886 elle travailla à Jersey, puis exposa l’année suivante avec les XX à Bruxelles, chez Durand-Ruel à New-York et aux expositions internationales des galéristes parisiens. Pendant l’hiver 1988/89 elle revint sur la Côte d’Azur, louant une villa à Cimiez ; à son retour dans la région parisienne elle s’installa à Mézy, non loin de Gargenville où Whistler et Renoir lui rendaient visite.

Après le décès de son mari en 1892 elle fut invitée par Mallarmé à Valvins, à Giverny par Monet, séjourna à Portrieux, se déplaça en Bretagne, particulièrement à Nantes ; elle disparut trois ans plus tard ayant contracté la grippe au contact de sa fille.

En mars 1896, Degas et Rouart organisèrent à Paris une grande rétrospective avec 300 de ses œuvres…

Musées

France

Musée d’Orsay, Paris

Musée Marmottan-Monet, Paris

Musée du Louvre, Paris

Musée Léon Alègre, Bagnols-sur-Cèze

Musée des Beaux-Arts, Grasse

Musée des Beaux-Arts, Lyon

Musée Fabre, Montpellier

 

Etats-Unis

Chicago, Art Institute

New-York, MOMA

Washington,National Gallery of Art

Cleveland (Ohio), Museum of Art

Dallas, Museum of Art

Newark Museum

Minneapolis Art Institute

Kansas City, Nelson-Atkins Museum of Art

Richmond, Virginia Museum of Fine Arts

Santa-Barbara, Museum of Art

Toledo, Museum of Art

Upperville, Collection Paul Mellon

 

Scandinavie

Copenhague, Ordrupgaard Museum

Oslo, National Gallery

Stockholm, National Museum

 

Autres pays

Madrid, Musée Thyssen-Bornemisza

Dublin, National Gallery

Bremen,Galerie Schröder

Lichtenstein, Fondation Vaduz

Buenos-Aires, Musée des Beaux-Arts

 

Lieux de vie

Bougival, maison de Berthe Morisot, rachetée par la ville en vue d’un projet muséal.

Parcours

Angleterre : Jersey, Londres, Île de Wight

Belgique : Bruxelles

France : Auvers-sur-Oise, Bougival, Boulogne, Cambrai, Cherbourg, Compiègne, Fécamp, Fontainebleau, Gennevilliers, Houlgate, Juziers-Mézy, Les-Petites-Dalles, Lorient, Maurecourt, Meudon, Nice, Paris, Pont-Aven, Portrieux, Quimperlé, Rosbras (Riec-sur-Bélon), Rouen, Saint-Jean-de-Luz, Tours, Valenciennes, Valvains (Vulaines-sur-Seine), Vassé (Rouessé-Vassé), Ville-d’Avray, Villeneuve-la-Garenne.

Espagne : Madrid

Italie : Florence, Pise

Pays-Bas : Amsterdam, La Haye, Rotterdam

 

Cheminements et Parcours balisés :

Parcours balisé de plusieurs panneaux à Maurecourt (Yvelines)